BIOGRAPHIE / PARCOURS

Illustrateur, peintre, collagiste et graveur né en 1986 à Beyrouth, Rojer Feghali est basé à Angoulême depuis septembre 2012.

Diplômé d'un Master BD de l'EESI d'Angoulême en 2014, d'un deuxième Master Design Packaging & Communication du CEPE d'Angoulême en 2015 et d'un troisième Master Pratiques Artistiques et Action Sociale de l'Université Bordeaux Montaigne en 2017.

Passionné de peinture, mais plus largement d'art et de voyages, il est intéressé par l'illustration, le dessin, le collage et toutes les techniques de narration. Il tire son inspiration de la culture française et libanaise à partir desquelles il développe son propre langage pictural. Il a exposé son travail à Bordeaux, Poitiers, Angoulême, La Rochefoucauld, Marburg en Allemagne, en Égypte et au Liban.    

Son travail artistique est basé sur la technique mixte : ses oeuvres sont constituées d'au moins deux procédés artistiques différents comme le trait noir (pointe-sèche : gravure sur tétra pak et plexiglass ) et le collage, réunis en une seule composition. La technique mixte apporte une dimension supplémentaire à l'œuvre qui foisonne d'éléments et de textures et devient très intense.

Les supports qu’il utilise témoignent également de son pluriculturalisme : papiers ramassés au cours de ses voyages et recyclés dans les collages, morceaux et bouts de papiers. Tout est bon pour réaliser de délicates compositions où se marient les formes figuratives et abstraites, les taches de couleur et le trait noir du graphisme. La vie quotidienne, la nature, la féminité, la famille et les rêves sont des thèmes qu’il décline avec poésie, légèreté et humour dans le vocabulaire plastique qu’il se constitue au fil de ses voyages et de ses expériences.                            

 

OEUVRE

“Résistance”

Il y a toutes sortes de résistances au malheur. Pendant l'abattement du confinement, Rojer Féghali a ressorti les fragments de réels récoltés ici et là : bouts de papier, pages arrachées à des magazines, au courrier du matin. Lui qu'on a connu plus sombre, plus tourmenté, fait ici de ses réserves déchirées des petits mondes de mémoire et de bonheur. Sous ses doigts délicats de collagiste, il assemble, il évoque des scènes de la vie quotidienne, des places de village, des jardins, des forêts, des jardins calmes de l'enfance, peut-être, qui s'équilibrent par la magie des gommettes en couleurs primaires. Les visages sont ronds, triangles, carrés, les arbres sont faits de hasard, les feuillages viennent des journaux, la vie s'organise naturellement et pendant qu'il est enfermé, qu'on ne respire plus sous les masques, il compose des univers d'air, de soleil, de feuilles et d'enracinement. Cela, au moins, a existé, existera. A regarder ces images, on se rassure, la respiration se calme, un refuge libre est possible.

 

Texte par : Luc Vigier MCF Littérature française, Université de Poitiers. 
Photo de profil copyright Alain François.

 

www.rojerfeghali.com

 

 

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Cookies